La CLIS TED : une classe ouverte pour l’épanouissement des enfants autistes

dimanche 18 mars 2012
par  cdj

JPEG - 50.6 ko Dans cette classe de l’école de Lentilly, huit élèves seulement. Des élèves qui demandent un peu plus d’attention que les autres. Des élèves autistes, bien intégrés dans l’école, grâce à leur enseignante, Amandine Sagnard, comme au reste de l’équipe pédagogique, également à Aline Boudry, de la BCD et à Marion Monnet, pour la musique,… et aussi grâce à leurs jeunes camarades.

« La CLIS est un lieu d’ouverture sociale, où l’autisme est pris en compte, témoigne une maman. L’enseignante de la classe […] a su apprivoiser les difficultés de mon fils, pour le faire progresser. Ces journées à l’école, rythmées par un emploi du temps régulier, apaisent ses angoisses. Maintenant, il mange tout seul, au restaurant de l’école, va vers les autres, participent aux jeux, s’adapte à des horaires, s’exprime, met des mots sur ses émotions. » Les progrès réalisés par ce jeune garçon autiste, sa socialisation, ne sont pas uniques à l’école de Lentilly. La CLIS n’est pas un refuge pour des enfants différents qu’on laisse dans leur coin, mais bel et bien une classe ouverte, qui permet un réel épanouissement…

Une action de tutorat par leurs jeunes camarades JPEG - 42.6 ko « Chaque année, une séance d’information sur l’autisme est faite auprès des élèves de CP et des élèves nouvellement arrivés sur l’école, rapporte Amandine Sagnard. C’est l’occasion pour eux de poser les questions sur les enfants autistes de l’école, à partir de ce qu’ils ont remarqué dans la cour, d’apprendre ce que c’est qu’un enfant autiste. Nous prêtons à chaque famille un petit livre, « Epsilon », qui présente en images quelques particularités de l’autisme sur la base de l’histoire d’un petit garçon. Les enfants apprécient beaucoup cet ouvrage et c’est l’occasion de pouvoir parler de l’autisme avec leurs parents. Nous leur faisons aussi visionner un court métrage, « Mon petit frère de la lune », où une fillette de 4 ans parle de son petit frère autiste. Enfin, nous finissons notre intervention en expliquant le fonctionnement de la CLIS : ce que l’on y fait ? Pourquoi tout ce matériel ? Les affichages ? etc. » JPEG - 46.4 ko Depuis 2010, l’école propose à tous les élèves une action de tutorat auprès des enfants autistes. L’objectif est de faciliter l’ouverture des élèves aux autres, de leur apprendre de nouveaux jeux, en les sortant de leurs activités rituelles, de pouvoir échanger…, parfois – il est vrai – de façon particulière. Le tutorat est aussi l’occasion pour tous les enfants de s’ouvrir à la différence, sans appréhension et avec respect. Il est proposé à toutes les classes et les enfants volontaires s’inscrivent pour accompagner un enfant à des temps d’accueil du matin ou de l’après-midi, pendant un mois. Le tutorat fonctionne très bien depuis qu’il est mis en place. « J’avoue qu’il fait aussi de nombreux mécontents, sourit Amandine, ceux qui s’impatientent de pouvoir accompagner mes élèves… Car la liste d’attente est longue : chaque année une centaine d’enfants se proposent et beaucoup d’entre eux ne pourront accompagner un enfant autiste sur l’année ! Je les rassure en leur disant qu’ils seront prioritaires l’année prochaine. » JPEG - 45.8 ko

Une intégration à double sens L’école favorise aussi beaucoup les inclusions collectives : tous les élèves de la CLIS vont participer avec une classe de CE1 aux cycles piscine, vélo, escalade... Cela permet aux élèves autistes, qui ne pourraient pas être inclus individuellement, de pouvoir bénéficier de l’effet porteur d’un groupe de classe ordinaire. « Cette année aussi, un élève participe aux séances de maîtrise de la langue en CE1, aux cours de mathématiques en CE2. Il est également inclus ponctuellement en sport : il a pu faire du tennis avec les CE2 et participera, certainement encore cette année, à l’athlétisme. » Enfin, l’école autorise des intégrations inversées, à savoir qu’un petit groupe d’une classe (CP ou CE1) vient travailler dans la CLIS sur un thème préparé avec leur enseignante. Dans tous ces cas, Amandine demande aux élèves des classe accueillant ses élèves, d’avoir un rôle bienveillant, voire de les aider dans leur travail.

Invitation à l’échange « J’aimerais conclure en proposant aux parents de venir me rencontrer, invite Amandine. Je vous montrerai que les objectifs pédagogiques visés sont les mêmes que ceux pour les cycles ordinaires, même s’ils sont adaptés, ou plus limités. Nous essayons d’emmener les enfants le plus loin possible dans l’apprentissage, en fonction de leurs capacités et leurs facultés d’adaptation au monde de l’école. Du fait de leur handicap, ces enfants présentent tous, à des degrés différents, des difficultés à communiquer. Ils appréhendent mal les relations sociales et les jeux, l’imitation. Tout cela a besoin d’être travaillé alors que ce sont des fonctionnements qui s’adoptent très facilement chez les autres enfants. Être au sein d’une école ordinaire, c’est permettre aux enfants autistes d’apprendre à échanger avec les autres, à élargir leurs centres d’intérêt,… Ce qui est extraordinaire à l’école de Lentilly, c’est que nous le faisons notamment grâce à l’aide des enfants de l’école. » N’hésitez donc pas à rencontrer Amandine : la classe est ouverte !


Navigation

Articles de la rubrique

Statistiques

Dernière mise à jour

dimanche 9 septembre 2018

Publication

273 Articles
Aucun album photo
1 Brève
Aucun site
14 Auteurs

Visites

15 aujourd'hui
43 hier
62936 depuis le début
3 visiteurs actuellement connectés