La BCD de Lentilly : une mine de culture et de plaisir !

jeudi 19 janvier 2012
par  cdj

Dix ans déjà ! Depuis 2002, Aline Boudry supervise la bibliothèque centre de documentation (BCD) de l’école élémentaire de Lentilly. Pour les élèves et les enseignants, c’est une véritable chance de pouvoir compter sur ses conseils avisés dans la plus grande BCD du département : pas moins de 8 000 ouvrages parmi lesquels des albums, des romans, des documentaires, des bandes dessinées, des contes, des poésies, des magazines, des livres pédagogiques, etc. Des trésors de culture auxquels les enfants accèdent sans modération.

JPEG - 32 ko Bonjour Aline ! Vous occupez une place toute particulière auprès des enfants à l’école de Lentilly. Quel est votre rôle précisément ? Aline Boudry – Pour les enfants, je suis bibliothécaire. Je les conseille sur leur choix de lecture pendant la récréation du matin, selon leurs goûts, leur niveau de lecture ou encore leurs centres d’intérêt. A la disposition de chacun tous les jours, j’ai la prétention de suffisamment les connaître pour les guider efficacement. De mon point de vue, les enfants de l’école primaire de Lentilly ont une chance inestimable. Pouvoir consulter, emprunter des livres comme ils le veulent – tous les jours, même -, leur apporte une grande autonomie. L’accès libre de la BCD procure une approche « plaisir » du livre. J’effectue en plus un travail hebdomadaire avec chaque classe, dans le cadre du projet d’école : recherche d’ouvrages documentaires sur un thème en lien avec les leçons ou de livres pour les exposés, travail sur la classification, découverte de l’album… L’approche combinée individuelle libre et collective encadrée permet à chaque enfant de baigner dans la lecture dès le CP, avec un fonds d’ouvrages renouvelé et complété régulièrement. Les bénéfices pour les enfants sont immenses : les professeurs de français du collège nous disent constater une différence nette entre nos élèves et les autres, qui viennent d’autres écoles. Et pour les enseignants, j’exerce un rôle de documentaliste, je sélectionne des articles de presse ou des ouvrages, qu’ils exploitent dans leur classe

JPEG - 58.6 ko De quelle manière votre mission bénéficie-t-elle de l’appui de l’équipe enseignante et des parents d’élèves ? AB - Le choix des livres, par exemple, est effectué avec les enseignants, selon les thèmes abordés en classe. Mais pas seulement : je sélectionne aussi les ouvrages en me rendant dans des salons de littérature jeunesse ou au détour d’un article lu dans un magazine. Mon fournisseur habituel est une librairie lyonnaise, qui nous permet, aux enseignants et à moi-même, de lire les ouvrages avant de les acquérir et de les rendre s’ils ne répondent pas à nos attentes. Surtout, la libraire vient nous les livrer directement à la BCD, ce qui nous permet d’échanger sur nos achats, sur les nouveautés littéraires, etc. … Nous recevons de temps en temps des donations de livres de la part des parents d’élèves, mais nous restons très sélectifs quant à la qualité des ouvrages. Reste que l’aide des parents d’élèves est précieuse pour le bon fonctionnement de la BCD. Ce sont eux qui gèrent les prêts de livres à la récréation du matin, me permettant de me consacrer à mon rôle de conseil auprès des enfants.

JPEG - 71.6 ko Au-delà du conseil, proposez-vous d’autres activités ? AB - Oui, nous participons à des concours. Les enfants adorent ! Cette année, j’ai inscrit les CE2, CM1 et CM2 au concours du Prix des Incorruptibles (www.lesincos.com/). Les élèves doivent lire 5 ou 6 livres selon le niveau et élire le livre préféré. Ce challenge leur permet de découvrir des livres que je n’aurais peut-être pas acheté, de donner leur avis, de justifier leur choix. C’est un vrai succès ! Pendant la récréation, nombreux sont ceux qui viennent demander les livres du concours, avec un empressement que je n’espérais pas. Au mois de mai, nous mettrons une urne à la BCD pour recueillir leur vote très officiellement. L’année dernière, les CM2 avait participé à un autre genre de concours : il fallait inventer une suite à un texte. Notre école a eu de bons résultas. La classe de Mme Dafrose a ainsi terminé 5ème à l’échelle nationale.

Et les classes d’insertion ? Travaillez vous également avec elles ? AB - La classe des enfants autistes vient à la BCD tous les vendredis après-midi. Les premiers rendez-vous peuvent être difficiles. C’est un endroit inconnu pour eux. Certains restent sans bouger, d’autres sortent les livres de façon « anarchique ». Peu à peu, ils apprennent à choisir les livres qui leur plaisent et à les ranger. Ils aiment écouter des histoires enregistrées sur CD. Tous les enfants m’appellent par mon prénom, reconnaissent le lieu et savent ce que l’on vient faire à la BCD. Certains sont capables maintenant de me demander un livre précis ou un CD. Ils savent que c’est un endroit où l’on ne crie pas, où l’on ne court pas. Ils prennent la peine de ranger les chaises en les soulevant pour éviter de faire du bruit. Les enfants souffrant de troubles du langage, eux, choisissent des livres comme tous les autres enfants. Et comme ils sont peu nombreux, l’enseignante et moi-même avons la possibilité de leur lire une histoire ou de regarder un documentaire avec un ou deux enfants seulement : de quoi créer des relations très privilégiées.


Statistiques

Dernière mise à jour

mardi 20 novembre 2018

Publication

276 Articles
Aucun album photo
1 Brève
Aucun site
14 Auteurs

Visites

0 aujourd'hui
16 hier
64635 depuis le début
23 visiteurs actuellement connectés